Imprimer cette page

historique

1. La fusion

Le club tel que nous le connaissons aujourd'hui résulte de la fusion en 1993 de la Tour de Grâce-Hollogne, alors en activité depuis plus de 15 ans, et de Al'Trap d'Ans, jeune cMikhail Talercle qui aura vécu 2 ans. Le club naissant prit le nom de la Tour d’Ans-Loncin, dont l’acronyme, TAL, rappelait un ancien champion du monde au style flamboyant.

Au moment de la fusion, le club allait être pris en main par une équipe dynamique qui allait porter le club aux premiers rangs de notre pays. L'école des jeunes, cornaquée par Jean-Marc Flament, allait cueillir régulièrement des titres nationaux, tant individuels que par équipes, tandis que l'équipe première des interclubs nationaux quittait la division 3 pour rejoindre l’élite du pays, où elle allait défendre vaillamment nos couleurs pendant trois ans.

Malheureusement, après les lauriers de la gloire, la traversée du désert : le club connut de grosses difficultés lors du départ de plusieurs bénévoles. Nombre de ses joueurs partirent renforcer d'autres clubs en pleine croissance.

Durant plusieurs années, sous la présidence de Henri Demoulin, deux ou trois bénévoles ont permis au club de vivoter, mais également à Marcel Lafosse d’assainir les finances. L’affluence lors de notre jour de jeu s’était réduite à une trentaine de fidèles, tandis que notre équipe fanion se maintenait avec difficulté en division 4. Une seule autre équipe représentait le club en division 5.


2. Le renouveau : convivialité et dynamisme

En 2003, une chose restait certaine : la Tour d’Ans-Loncin restait un club prestigieux réputé pour sa convivialité. Et son déclin n’allait pas laisser insensibles plusieurs « anciens jeunes » de la grande époque, qui décidèrent alors d’épauler les plus anciens en s'investissant dans le comité du club. Convivialité et dynamisme allaient être les deux maîtres-mots du renouveau.

Aujourd’hui, l’affluence lors de notre jour de jeu a presque doublé, atteignant régulièrement les soixante joueurs. Les tournois ont été valorisés et sont désormais attractifs pour des joueurs extérieurs, en témoigne la venue de nombreux joueurs de qualité venus de clubs voisins.

Plusieurs « ancieChampions francophones 2005ns », voyant le renouveau, nous ont fait confiance, et ont accepté de s’engager. Grâce à eux, nous avons remporté deux des quatre dernières éditions des interclubs francophones (2007 et 2005). Nous avons échoué sur la seconde marche du podium en 2006  et 2008.

En interclubs nationaux, après avoir joué de malchance deux années de suite, nous avons rejoint en 2007 la division 3 avec la ferme ambition de ne pas nous y arrêter. La saison 2008-2009 a vu le retour de notre équipe fanion en division 2 nationale.

Notre équipe repose essentiellement sur des joueurs locaux. Elle est emmenée par trois valeurs sûres des échecs belges, issues de l’école de jeunes du club : Stéphane Hautot, 28 ans, neuvième joueur belge, Cemil Gulbas, 28 ans, quatorzième belge et membre de l’équipe nationale lors des deux dernières Olympiades, et Etienne Goossens, 34 ans et 61e belge.


Previous page: Le Club
Page suivante : Le comité